Tél. : 06 78 26 04 33 Email: contact@nutriads.com

Flexi t’as rien

J’ose faire un jeu de mot à partir d’un terme qui lui même est issu d’une orthographe fantaisiste.
Car oui, le mot flexitarien, que même Robert (le dictionnaire) a décidé d’intégrer dans ses pages, est bien défini comme étant un mot valise. C’est à dire la contraction de flexible et végétarien.

L’idée serait de désigner une pratique alimentaire semi-végétarienne avec une recherche de qualité.
Grosso modo: mangez moins de viande mais mangez la mieux.
Le trouble s’installe, car que signifie moins et mieux?
Chacun entend bien ce qu’il veut.

Il y a ceux qui vont manger de la viande 3 fois par semaine et ceux qui n’en mangeront que tous les 15 jours, mais tous se considéreront flexitariens.

Ce concept venu des Etats Unis (où il a émergé à la fin des années 90) ne répond en fait à aucune définition précise. Et pour cause, comment établir des règles à une pratique qui laisse un champ d’action aussi large ?

Mais pourtant une personne qui mange de la viande, même moins, même mieux, ce n’est plus ni moins qu’une personne omnivore, non ?

Si l’on demande de nouveau à Robert, il nous répond, omnivore: qui mange de tout, qui se nourrit aussi bien d’aliments d’origine animale que végétale (ex. l’homme est omnivore).

La question est donc de savoir quel est l’intérêt du flexitarisme et à qui cela profite-t-il ?
Cela interpelle d’autant plus lorsque les réseaux sociaux l’érigent comme le « nouveau comportement alimentaire à la mode. »

Avant l’industrialisation et le développement de l’agriculture de manière intensive, nos aïeux avaient une alimentation basée sur des fruits, des légumes, des céréales et des produits frais.
Ils mangeaient de saison, assez peu de viande et même bio.

Papi et mamie étaient des flexitariens qui s’ignoraient donc…

De là, à penser que le flexitarisme est un pur concept marketing qui trouve ses sources dans un flash back à la sauce “authentique”, il n’ y a qu’un pas.

Il faut reconnaître que l’ambiguïté du mot nous pousse à y croire.
Le fait que l’association nationale interprofessionelle du bétail et de la viande en ait fait le concept central de sa dernière campagne publicitaire enfonce aussi le clou.

Aujourd’hui plus personne n’ignore qu’une consommation excessive de produits carnés, est nuisible pour la santé, pour la planète et absolument pas éthique. On ne parlera pas non plus des quelques scandales à type lasagnes de cheval Findus, qui sont venu entacher la confiance des consommateurs.

Il était donc urgent de faire émerger un concept qui prône le « bien manger » le « manger sain » le « manger durable et responsable » et puis surtout qui « déculpabilise ».

C’est ainsi que le flexitarien est né !

Et tant pis si l’inventeur du mot, un certain Mark Bittman (auteur et chroniqueur culinaire américain) voulait avant tout dénoncer l’impact environnemental de la production de la viande.
Je voulais quand même réattribué à César ce qui lui appartient, et surtout lui redonner son sens originel.

Personnellement je trouve ce mot tel qu’il est utilisé chez nous, très hypocrite et ne correspondant à aucune classification diététique connue.
Pourquoi jouer l’entre-deux ?
On décide de ne plus manger de protéines animales ou bien l’on continue à en manger.
On est omnivore ou bien végétarien/lien.

Et puisque l’idée est un retour aux sources et aux valeurs de nos ancêtres, ma grand-mère disait:

“Dans la vie, on ne peut pas avoir les fesses entre deux chaises!”

L’image parle d’elle-même non?

Se retrouver au milieu d’une situation qui a tendance à nous engager vis à vis de deux parties qui, elles, s’opposent en tout point, ce n’est pas ce qu’il y a de plus confortable.

Et si l’on redemande à Robert la définition de flexible, il nous dit quand même:
“Qui s’accommode facilement aux circonstances.” Synonyme : docile.

Pas très flatteur…

Alors comment s’assoir convenablement sur sa chaise?
Voici quelques pistes: savoir assumer ses choix, reconnaitre ce qui est bon pour soi, agir en fonction de ses valeurs…

Comme disait Nelson Mandela:

“Dans la vie on a toujours le choix: aimer ou détester, assumer ou fuir, avouer ou mentir, être soi-même ou faire semblant”

6 Comments

  • Loupiote says

    Merci pour cet article très instructif (je ne savais pas qu’il y avait un inventeur de ce fameux mot de flexitarien !).
    Personnellement, je n’utilise pas ce mot, car comme tu le dis, des personnes mangeant de la viande 3 fois par semaine se définissent ainsi. Alors du coup, il n’existe aucun terme pour me définir… Une fille qui mange végétalien à la maison, végétarien en extérieur, et très exceptionnellement de la viande en cas d’imprévu ? De toute façon, quoi que je fasse il y aura toujours quelqu’un qui trouvera à y redire :'( Comme tu dis, on a toujours le choix, je ne le nie pas ! Mais après 3 ans à essayer d’être végétarienne, je dois dire que je n’y arrive pas, aux 100%. Je suis une “végétarienne imparfaite” ! Je n’ose pas me définir comme végétarienne pour me laisser une marge de manoeuvre. Le “oups, j’avais oublié de prévenir mamie et j’ai trop peur de passer pour une fille pénible”, le “Mince, je sais pas s’il y a des lardons dans ce cake salé et je ne sais pas qui l’a apporté. Roh, tant pis”, le “c’est l’apéro, arrêtez de me mettre cette assiette de charcut’ sous le nez bon dieu, j’ai super faim en plus !”, le “ah, c’est une sauce au viandox et là des patates cuites dans de la graisse animale… je mange rien alors ?” ou encore le “mince, les collègues ont pas pensé à commander une pizza végé pour moi”. Et être très sensible au regard des autres ne m’aide pas.
    Bref, ce n’étais pas vraiment le propos de ton article, merci de l’avoir écrit et vive la to-lé-rance !

    12 décembre 2019, 9:46
    reply
    • Marie-Gabrielle says

      Pourquoi vouloir à tout prix rentrer dans une étiquette? On fait de son mieux et c’est déjà bien. Bien dans la mesure où l’on a tout de même déjà conscience des enjeux environnementaux, éthiques et pour la santé.
      Finalement ce mot colle une étiquette de plus, dans laquelle certains “flexitariens” ne se retrouvent même pas. Merci pour ce retour et belle journée

      27 décembre 2019, 10:39
      reply
  • Toussaint says

    Tres joli article bien ecrit, tres explicite. D ailleurs avec ton livre tout est clair, tu fais beaucoup de recherches pour toi et ta famille, et tu nous les offres. Quel beau cadeau. Merci Melanie.

    13 décembre 2019, 8:52
    reply
    • Marie-Gabrielle says

      C’est aussi mon métier. Pas de secret, il faut être continuellement à la page du jour. Comme dans toute science, rien n’est figé. Merci pour ce retour et c’est avec plaisir que je partage par ici. Belle journée

      27 décembre 2019, 10:36
      reply
  • laurence says

    l’article est très sympa mais je ne suis pas trop d’accord car je le trouve un peu culpabilisant et puis dans la vie tout n’est pas tout noir ou tout blanc. je suis végétarienne depuis 2 ans pour des raisons complétement personnelles et j’ai un peu entrainé mon entourage du coup. Mon mari ne mange pas de viande à la maison, mais il lui arrive d’en manger ailleurs , dans sa famille…on a conscience des problèmes de pollution, de maltraitance des animaux mais après chacun fait comme il peut …je n’aime pas trop le mot flexitarien mais je ne l’utilise pas mais je ne pense pas qu’il concerne les personnes mangeant de la viande 3 fois par semaine mais plutôt ceux s’en passe la plupart du temps.
    merci pour ce joli blog

    19 janvier 2020, 9:34
    reply
    • Marie-Gabrielle says

      Je ne sais pas ce qui vous fait culpabiliser? Mon discours n’est pas moralisateur. Je montre que ce nouveau mot, n’a pas de réel définition tant les gens ont leur propre avis sur le sujet! La preuve…
      Pour moi il s’agit encore d’une nouvelle case (ce besoin de devoir mettre les gens dans des cases me désole)
      Et je pose juste une interrogation à qui cela profite? merci pour les compliments.

      19 janvier 2020, 10:40
      reply

Laisser un commentaire